Mon atelier de facture d’arc à l’usine la Filature de la Sarraz

La facture d’arcs est un métier artisanal à part entière, je  réalise des arcs sur mesure à l’allonge et à la puissance désirée par le client. Mes bois sont sélectionnés et choisis parmi les meilleures essences d’archerie. Les âmes, une fois usinées,  sont assemblées selon un ordre bien précis dans la technique du lamellé-collé.

Rosalie des Alpes insecte xylophage

Le but est de créer un arc  adapté parfaitement à la morphologie de l’archer, qu’il soit droit ou recourbé , je le construis selon l’utilisation de ce que le client désire.
Le choix du type d’arc est mûrement réfléchi, il peut correspondre à un coup de coeur pour un modèle proposé, à une utilisation particulière (loisirs, concours officiels) , voire même à des caractéristiques précises d’efficacité et de vitesse (compétitions ou  chasse à l’arc)

Je propose 4 types d’arcs :

L’arc droit de type “semi-longbow” est droit comme son nom l’indique avec un léger “réflexe” sur les branches. C’est l’arc classique le plus fin, épuré et simple dans ses formes, inspiré du modèle Hill. Longueur comprise entre 65 et 70″

L’arc de type “semi-longbow” à double courbure, avec une courbe  de branches plus prononcées en fouet et une contre courbure au niveau de la poignée, légèrement plus rapide en sortie de flèche. Longueur comprise entre 64 et 69″

L’arc de type chasse  “bowhunter”, Arc de chasse court monobloc muni de branches à fort réflexe et une poignée plus massive et ergonomique que le Longbow. Longueur comprise entre 58 et 64″

L’arc de type “hybride”, qui est un semi longbow très court, très maniable, avec des branches fortement réflexe, ce qui lui permet d’emmagasiner beaucoup d’énergie à l’armement. Longueur comprise entre 60 et 64″

 

 

 

 

Chaque facteur d’arc crée ses modèles selon son identité et ses recherches personnelles. Je mes suis fixé comme priorité la totale satisfaction du client et le respect des traditions de la facture d’arc que mon maître Jean-Marie Coche m’avait enseigné lors de mon apprentissage. La précision et la personnalisation de l’objet fini en font une pièce unique.

Je sélectionne mes bois d’arcs dans la région ou j’habite, soit en prenant contact avec les autres professionnels de la branche (scieur, ébéniste, commerce de bois précieux) ou en allant les chercher dans les bois; en accord avec les forestiers.
Mon essence de prédilection est l’if (taxus baccata), bois d’arc historique par excellence, qui prospère dans nos belles forêts tempérées occidentales. Avec l’expérience, je me rends compte que d’autres essences telles que le frêne, l’orme, le cytise, ou le robinier faux accacia sont aussi d’excellents bois d’arcs.

Parmi les essences exotiques, on peut compter sur le bambou (phyllostachys pubescens), cette magnifique graminée à la teinte crème, qui libère une souplesse et une énergie incomparable. Il est essentiel d’utiliser des chaumes de bambou sauvage et non des lames préfabriquées de parquet que l’on trouve dans les grandes surfaces
Ainsi que l’oranger des osages (auriantaca pomifera), originaire des Amériques, connu pour sa vigueur et sa force, mais hélas de plus en plus difficile à obtenir.

Parmi les essences de poignée, il est essentiel de prendre des bois à haute densité et avec de magnifiques contrastes de veinage, afin de construire des poignées centrées et renforcées, je choisis quelques essences régionales comme le buis, le noyer  et parfois même également l’olivier renforcés avec des résines ou des bois stabilisés.  Les bois exotiques comme les ébènes ou les palissandres sont de plus en difficiles à obtenir, à cause de leur rareté et de la protection des forêts tropicales.

Voici les qualités requises d’un arc :

La rapidité.

Une sortie de flèches véloce et droite avec un vol parfait qui permet des tirs à longue distance avec une parabole de flèche la plus plate possible.

La souplesse.

 Une courbure harmonieuse des branches, un armement progressif souple jusqu’à l’ancrage, des branches qui emmagasinent parfaitement l’énergie, même en surallonge. avoir le sentiment lors de l’armement de la souplesse de son arc, sans point dur ou “point de barre”

L’esthétisme.

Une ligne affinée, élancée et naturelle des branches souligne les contrastes des couleurs et des teintes des bois précieux. Le profil travaillé à la main des branches et la finesse des poupées.
crée le caractère de l’arc.

Le son à la décoche.

L’arc est comme un instrument de musique, lors de la décoche il  crée un son, il doit être le plus pur possible. Il dépend de la construction de l’arc, du réglage du ban d’arc et de l’équilibre de la flèche (poids, spin).

 

Share